Bangladesh

Protéger les femmes et les enfants en détresse

Au Bangladesh, les personnes ayant fui les violences au Myanmar vivent dans une profonde détresse. Afin de les soutenir à plus long terme, la CRS, en partenariat avec la Chaîne du Bonheur, améliore l’hygiène dans les camps et crée des centres où les femmes et les enfants surtout reçoivent protection, aide médicale et conseils.

En automne 2017, la crise des réfugiés dans le sud du Bangladesh faisait les gros titres. Aujourd’hui, alors que la situation reste dramatique et que les besoins sont immenses, les médias n’en parlent quasiment plus. Un million de réfugiés vivent actuellement dans cette région montagneuse située près de la frontière avec le Myanmar. Deux tiers d’entre eux sont arrivés entre août et décembre 2017. «La situation est désastreuse et ne cesse de changer», explique Yvonne Affolter. La collaboratrice de la Croix-Rouge suisse (CRS) est restée deux mois sur place pour lancer un projet d’aide à long terme. «La détresse est aussi criante qu’au premier jour, malgré le temps qui passe. Ces familles ont littéralement tout perdu. Survivre reste leur plus grand défi.»

Des spécialistes de la médecine et de la logistique

Depuis le début de la crise, la CRS soutient la vaste opération d’aide d’urgence du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Elle a dépêché du personnel médical dans l’hôpital de la Croix-Rouge, le seul des environs à pratiquer des opérations. Chaque semaine, des centaines de patients sont pris en charge, souvent pour des accouchements en urgence. En outre, des logisticiens de la CRS coordonnent la distribution de biens de secours tels que bâches, outils, eau potable et articles d’hygiène.

Un lieu qui offre protection et conseils

Rien ne laissant présager la fin de la crise, la CRS prévoit parallèlement à l’aide d’urgence un engagement sur le long terme. Avec le Croissant-Rouge du Bangladesh et d’autres partenaires, elle construit trois centres multifonctionnels, les maisons de la dignité, dans lesquels les femmes et les enfants surtout peuvent recevoir protection, conseils et assistance médicale. Le Service de recherches de la Croix-Rouge aidera sur place les familles à retrouver les proches dont elles ont perdu la trace. La malnutrition constituant un problème majeur, la CRS mène un projet conjointement avec Action contre la faim, qui examine systématiquement les enfants et leur donne au besoin des compléments nutritionnels. Autre acteur important, le Ministère de la santé bangladais prévoit de fournir des services médicaux dans les centres.

Enfin, avec l’appui de la Chaîne du Bonheur, la CRS entend améliorer l’hygiène dans les camps en construisant des installations sanitaires, lesquelles font cruellement défaut.