Réplique au Népal

Peur et angoisse après une violente réplique

La réplique qui a secoué le Népal le 12 mai a été dévastatrice, faisant des dizaines de victimes et environ 2000 blessés. Des centaines de maisons, pour certaines déjà endommagées, se sont effondrées. La Croix-Rouge renforce son aide.

Cette fois-ci, l’épicentre du séisme était situé à 81 km à l’est de la capitale Katmandou. Joint par téléphone, Kamal Baral, le coordinateur du programme pays de la Croix-Rouge suisse (CRS) au Népal, a souligné la violence des secousses. Les habitants, paniqués, sont descendus en courant dans les rues et ont désespérément tenté d’appeler leurs proches. Le réseau téléphonique était cependant saturé, et une partie des lignes, coupée. Les collaborateurs de la Croix-Rouge ont été invités à rester à l’extérieur et à dormir sous tente les prochaines nuits. «L’équipe se porte bien, nous sommes en contact avec tout le monde», rapporte Kamal Baral. Malheureusement, les opérations d’aide ont encore gagné en complexité du fait du grand nombre de blessés, des nouveaux dégâts et de l’interruption d’une partie des voies de communication. Comme après le séisme du 25 avril, il s’agit désormais de se faire une idée de la situation actuelle et de clarifier les besoins. 

Huit spécialistes de la CRS

Dans les jours qui ont suivi le premier tremblement de terre, la CRS a dépêché au Népal huit spécialistes de l’aide d’urgence qui, en collaboration avec le coordinateur pays, ont soutenu le travail de la Croix-Rouge. De plus, des biens de secours, dont 5000 toiles de tente destinées à la construction d’abris temporaires, ont été livrés. Sur mandat de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, six logisticiens de la CRS participent à la mise sur pied des infrastructures nécessaires à une intervention efficace. Les collaborateurs de la CRS aménagent des entrepôts et louent des camions; ils coordonneront pendant au moins quatre mois les aspects logistiques de l’aide de la Croix-Rouge sur place.

Engagée au Népal depuis 40 ans dans le cadre d’un programme de santé à long terme, la CRS entretient des contacts étroits avec la Croix-Rouge népalaise. A la suite du séisme dévastateur, elle a débloqué un million de CHF au titre de l’aide d’urgence. Elle s’engagera en outre dans les travaux de reconstruction.