Gestion de catastrophes

L’aide d’urgence sauve des vies dans le monde entier

Chaque année, conflits armés, inondations, séismes et famines privent des centaines de milliers de personnes de leurs moyens d’existence. Pour elles, l’aide en cas de catastrophe de la Croix-Rouge est souvent une question de vie ou de mort.

La Croix-Rouge suisse (CRS) fournit chaque année une aide humanitaire d’urgence dans le monde entier. Ses collaborateurs dégagent les victimes de séismes, distribuent vivres et eau potable et prodiguent les premiers secours. Couvertures, tentes et ustensiles de cuisine permettent d’assurer la survie des sans-abri et de leur offrir une protection contre le vent et le froid.

Pour distribuer son aide, la CRS peut s’appuyer sur le réseau du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Dans les régions en guerre, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est la plupart du temps déjà sur place. En cas de catastrophe naturelle, la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge coordonne la distribution de l’aide en collaboration avec la Société nationale concernée et ses bénévoles.

Un réseau international pour une aide efficace

Lorsqu’une catastrophe survient, il faut agir avec rapidité et efficacité. Les populations ont besoin, de toute urgence, de biens de premiers secours – eau, denrées alimentaires ou abris transitoires – et d’une assistance médicale. Ces défis majeurs nécessitent aussi l’intervention de spécialistes chevronnés. Dans toute la mesure du possible, la Croix-Rouge a recours à des experts locaux et apporte un soutien financier à la Société sœur du pays touché. Pour autant, la CRS envoie aussi sur place des logisticiens spécialisés et expérimentés ainsi que du personnel médical. Elle a pour cela constitué des équipes d’intervention d’urgence pouvant être mobilisées à tout instant. Baptisées Emergency Response Units (ERU), ces dernières sont coordonnées par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

Primauté du local sur le global

Si la CRS dépêche sur le terrain des spécialistes de l’aide d’urgence, c’est dans le pays concerné, et non en Suisse, qu’elle se procure dans la mesure du possible les biens de premiers secours. En effet, dans la plupart des cas, seule une partie du territoire est touchée et il est possible d’acheter le nécessaire dans une autre région du pays. Cette démarche permet d’acheminer les marchandises plus rapidement et profite à l’économie locale.

De plus en plus souvent, les sinistrés reçoivent aussi une aide financière, des bons et des cartes bancaires rechargeables, pour pouvoir faire eux-mêmes leurs achats: qui, mieux qu’eux, pourrait savoir ce dont ils ont le plus cruellement besoin?

Retrouver son autonomie

Une fois les opérations d’urgence terminées, la CRS aide les victimes à retrouver leur autonomie. Sur place, elle crée, avec elles, les conditions nécessaires à la prévention de catastrophes futures et au renforcement de la résilience des populations pour qu’elles soient mieux armées pour surmonter les crises. Il s’agit donc, au-delà de l’aide d’urgence, d’améliorer les dispositifs de prévention et d’œuvrer à la reconstruction.