Indonésie

L’aide Croix-Rouge parvient aux villages les plus reculés

Une semaine après le séisme et le tsunami qui ont frappé les Célèbes, les secours arrivent petit à petit dans les régions difficiles d’accès. La Croix-Rouge suisse soutient l’aide d’urgence à hauteur, pour l’heure, de 500 000 CHF et envoie sur place un logisticien expérimenté.

Aux Célèbes, plusieurs jours après la catastrophe, l’étendue des destructions est indescriptible. La détresse de la population est immense, et l’accès à celles et ceux qui ont besoin d’une aide d’urgence reste extrêmement difficile. De nombreux ponts et routes sont coupés, l’eau et l’électricité n’arrivent plus. Et il est encore difficile d’estimer la réelle ampleur des dégâts. Le séisme et le tsunami qui ont frappé l’île indonésienne ont fait au moins 1407 morts et plus de 2546 blessés.

Des régions d’accès difficile

La Croix-Rouge indonésienne s’est rapidement mobilisée dans une optique d’aide à la survie. Elle reçoit depuis des renforts de l’étranger, en la personne par exemple de Thomas Büeler: le logisticien de la Croix-Rouge suisse (CRS), spécialiste de la gestion de catastrophes, décolle ce jeudi soir avec pour mission d’aller soutenir la coordination de l’aide internationale de la Croix-Rouge.

Les secouristes tombent régulièrement sur des localités restées jusqu’ici seules face aux conséquences du désastre. Comme le village difficilement accessible de Petobo, complètement détruit, qu’une équipe d’intervention d’urgence de la Croix-Rouge a été la première à rejoindre ce mercredi. Les routes sont dans un tel état que même l’ambulance de la Croix-Rouge n’a pas pu passer. «Nous avons dû finir à pied, raconte Iris van Deinse, de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). Les équipes de la Croix-Rouge doivent se frayer un chemin au milieu des décombres, sur des routes endommagées. La situation humanitaire est tragique.»

Malgré ces conditions extrêmement difficiles, malgré la boue et les débris accumulés sur plusieurs mètres de hauteur, la Croix-Rouge indonésienne poursuit inlassablement ses opérations de recherche et de sauvetage. «Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour apporter aide médicale, eau potable et assistance dans les régions les plus sévèrement touchées. Beaucoup de personnes ont perdu non seulement leur maison et leurs moyens de subsistance, mais aussi des proches. Nous devons tout faire pour qu’elles ne perdent pas en plus l’espoir», poursuit Iris van Deinse.

«Quand on voit les images prises à Palu et dans les régions voisines, on est presque submergé, bouleversé.» Thomas Büeler, spécialiste de l'aide d'urgence de la CRS dans l'interview.

©  Croix-Rouge suisse – Coopération internationale

La Croix-Rouge est sur place

Des bénévoles et des collaborateurs de la Croix-Rouge distribuent des biens de secours et des rations alimentaires, acheminent des citernes d’eau potable, gèrent des cuisines de campagne et installent des abris d’urgence. Un hôpital de campagne de la Croix-Rouge à Sigi ainsi que des cliniques mobiles intervenant dans différents districts prennent en charge les malades et les blessés, en particulier de nombreuses femmes et enfants présentant des plaies ouvertes, des fractures et des contusions. Ces structures facilitent en outre le regroupement de familles séparées par la catastrophe.

Au moins 300 000 personnes ont aujourd’hui besoin d’une aide d’urgence. Des Sociétés de la Croix-Rouge du monde entier travaillent main dans la main pour venir à leur secours. La CRS, avec le soutien de la Confédération, participe à cet effort financièrement, à hauteur dans un premier temps de 500 000 CHF, ainsi qu’en dépêchant sur place du personnel spécialisé.