Bangladesh

La CRS vient en aide aux réfugiés du Myanmar

Plus de 400 000 personnes ont fui les violences continues au Myanmar pour se réfugier au Bangladesh voisin. La région est au bord d’une catastrophe humanitaire. La CRS a débloqué une enveloppe d’au moins 500 000 CHF et dépêché du personnel soignant pour appuyer les opérations d’aide d’urgence.

Une infirmière expérimentée de la Croix-Rouge suisse (CRS) se rendra ce week-end au Bangladesh, où elle interviendra dans un hôpital de campagne de la Croix-Rouge, à Cox’s Bazar. Au cours des dernières semaines, plus de 400 000 personnes se sont réfugiées dans le sud du pays, et il en arrive chaque jour davantage. Ce sont majoritairement des femmes et des enfants qui fuient les violences perpétrées dans l’Etat de Rakhine, dans le nord du Myanmar. Les camps de réfugiés sont surpeuplés, et les conditions y sont catastrophiques.

Soins de base à l’hôpital de campagne de la Croix-Rouge

Après leur long périple, nombre de réfugiés sont complètement épuisés ou malades. Les mauvaises conditions d’hygiène dans les camps font redouter des épidémies de choléra. Géré par la Croix-Rouge norvégienne, l’hôpital où l’infirmière de la CRS arrive en renfort compte 60 lits et pourvoit à la prise en charge médicale de base des patients. Il est également possible d’y pratiquer des actes chirurgicaux et des accouchements.

Depuis que la crise a éclaté, les bénévoles du Croissant-Rouge du Bangladesh fournissent un indispensable travail d’aide d’urgence et sont appuyés dans leurs efforts par le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Ils distribuent des comprimés de purification de l’eau, de la nourriture ainsi que des bâches destinées à la construction d’abris de fortune. La CRS, soutenue par la Confédération, a débloqué pas moins de 500 000 CHF au titre de l’aide d’urgence. D’autres soignants et logisticiens du pool d’aide d’urgence de la CRS se tiennent prêts à intervenir à tout moment.

Depuis plusieurs années, la CRS s’engage au Bangladesh, où elle œuvre à l’amélioration de la prévention des catastrophes et de la desserte médicale. Elle participe aussi au dispositif d’aide d’urgence en faveur des victimes des inondations dévastatrices d’août 2017.