Ouragans Irma et Maria: six mois plus tard

La CRS dépêche une nouvelle déléguée dans les Caraïbes

Ce fut l’une des plus grandes interventions d’urgence de la CRS: en septembre 2017, deux ouragans, Irma et Maria, ont semé la destruction en l’espace de quelques jours sur différentes îles des Caraïbes. Six mois plus tard, l’organisation compte encore une déléguée dans la partie néerlandaise de Saint-Martin.

Les images qui nous sont parvenues des Caraïbes à l’automne 2017 étaient effrayantes: en septembre, à peine deux semaines après le passage dévastateur de l’ouragan Irma sur plusieurs îles de l’archipel, l’ouragan Maria causait à son tour d’importants dégâts. Les conséquences étaient désastreuses: près de 90% des bâtiments dominiquais étaient détruits. Au lendemain de cette catastrophe, la Croix-Rouge suisse (CRS) a concentré ses efforts sur les îles de la Dominique et de Saint-Martin. Pendant trois mois, treize délégués du pool d’aide d’urgence de la CRS sont intervenus sur place – huit dans la partie néerlandaise de Saint-Martin, cinq à la Dominique.

Deux repas chauds par jour

Six mois après les ouragans, la CRS est toujours présente à Saint-Martin. Jean-Marc Bulliard, logisticien de la CRS, est rentré il y a peu. «On peut encore voir partout les dommages causés aux infrastructures, explique-t-il quand on lui demande de décrire la situation sur l’île. Et le chômage constitue un problème majeur.» En effet, le secteur du tourisme est à terre, ce qui a provoqué la disparition de nombre d’emplois. «Pour aider les familles, le plus efficient est souvent d’axer notre action sur les enfants», ajoute encore Jean-Marc Bulliard. L’une de ses principales tâches était ainsi d’assurer des repas dans les écoles. Grâce à des livraisons par container, toutes les écoles publiques de l’île sont désormais approvisionnées en denrées alimentaires, et quelque 4000 élèves ont la garantie de pouvoir chaque jour déjeuner et dîner.

C’est Veronica Tor, également déléguée de la CRS, qui a pris le relais de Jean-Marc Bulliard. Outre les repas dans les écoles, la réparation des innombrables bâtiments endommagés constitue un défi important pour la logisticienne. La CRS ne procède pas elle-même aux travaux, mais elle aide les propriétaires à remettre leur maison en état. Elle les conseille et leur facilite l’accès aux matériaux nécessaires. Au moyen de bons, les personnes concernées peuvent se procurer ce dont elles ont besoin.