Journée pour la réduction des risques de catastrophe 2019

La CRS s’engage dans la prévention des risques naturels

Plus de 1,35 million de personnes ont péri au cours des dernières 20 années en raison d’un désastre naturel. Souvent exacerbées par les changements climatiques, les catastrophes ne cessent de croître en fréquence et en intensité. La Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge sonne l’alarme: la prévention doit être renforcée.

Ce dimanche 13 octobre 2019 a lieu la Journée internationale pour la réduction des risques de catastrophe. Le but de cette journée est d’attirer l'attention sur l'importance des mesures préventives pour empêcher les souffrances et les dommages. Chaque année, l'accent est mis sur un sujet spécifique. En 2019, il s'agira de prévenir de graves dommages aux infrastructures et des perturbations de services de base tels que les soins de santé et l'éducation.
De nombreux programmes mis en œuvre par la Croix-Rouge suisse (CRS) à l'étranger, en collaboration avec les Sociétés nationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, sont également axés sur la prévention des catastrophes et le renforcement de la résilience.

«The Cost of Doing Nothing»

Chaque année, les catastrophes menacent les moyens de subsistance de plus de 200 millions de personnes. Il n'est pas rare que des villages entiers se retrouvent privés de toit, de source de nourriture, voire d’eau potable, sans oublier les conséquences en termes de santé pour les habitants. Le rapport «The Cost of Doing Nothing» publié récemment par la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) tire la sonnette d’alarme: si rien n’est entrepris rapidement, les coûts humanitaires vont augmenter drastiquement. A tel point qu’on estime que le nombre de personnes nécessitant chaque année une aide humanitaire du fait de catastrophes climatiques pourrait doubler d’ici à 2050. Selon ce rapport, il est nécessaire de construire des infrastructures plus solides et plus résilientes mais aussi de développer des systèmes d’alerte qui puissent atteindre les communautés les plus vulnérables.

Les gens forts sont mieux armés

Le CRS s’engage à appliquer ces recommandations depuis de nombreuses années. Dans ses projets de prévention des catastrophes, elle ne se concentre pas seulement sur la construction d’habitations à l'épreuve des tempêtes et sur la stabilisation des pentes par le reboisement. Elle forme également les volontaires de la Croix-Rouge pour qu'ils puissent apporter les premiers secours ou procéder à des évacuations. En outre, la CRS s’investit dans la promotion de la résilience des communautés à travers des programmes de santé, d'hygiène et d'eau. Car ce ne sont pas seulement des bâtiments, mais aussi des êtres humains forts qui peuvent mieux résister au passage d’une catastrophe.