Haïti

Apprendre à vivre avec les risques

En Haïti, la Croix-Rouge suisse (CRS) soutient 18 000 habitants dans la prévention des catastrophes et l’amélioration de l’hygiène. Quatre ans après le séisme, les Haïtiens regardent vers l’avenir.

«Nos efforts sont payants. Les habitants de la région nous font confiance, la collaboration est bonne, la situation tend vers une évolution très positive», déclare Fabio Molinari, responsable du programme que la CRS mène en Haïti. Peu après le tremblement de terre du 12 janvier 2010 déjà, la CRS intervenait dans la région montagneuse de Léogane, à une trentaine de kilomètres au sud de Port-au-Prince, la capitale. Elle y a reconstruit des maisons pour 3000 personnes. Plus d’un millier de familles disposent désormais de latrines et de citernes pour collecter l’eau de pluie. Des campagnes de sensibilisation aux questions de santé et d’hygiène ont en outre été menées, des mesures d’autant plus urgentes depuis l’épidémie de choléra.

Exposé aux catastrophes

Du fait de sa situation géographique, de la surexploitation des ressources naturelles et de la pauvreté qui sévit, Haïti est particulièrement exposé aux catastrophes. Ouragans, glissements de terrain, séismes, mais aussi épidémies, notamment de choléra, menacent avant tout la population rurale pauvre. Pour réduire les risques et mieux préparer les habitants, la CRS améliore la prévention des catastrophes.

Des comités de village sont créés, dans lesquels des habitants engagés prennent en main les préoccupations importantes de la communauté. Ils élaborent des plans d’évacuation et mettent sur pied des systèmes d’alerte précoce. Dans des pépinières, des femmes font pousser des plants destinés à stabiliser les pentes déboisées. Les habitants sont aussi préparés à une épidémie de choléra. Les comités disposent des produits désinfectants nécessaires pour intervenir immédiatement dans les foyers où la maladie se déclare. «Les villageois ont compris qu’ils peuvent agir d’eux-mêmes. Ils se sentent plus forts», indique Fabio Molinari.

Soutien au centre de transfusion sanguine

Au-delà de son engagement dans la région de Léogane, la CRS fait profiter de son expertise le centre national de transfusion sanguine que sa Société sœur haïtienne gère à Port-au-Prince. Un soutien grâce auquel le pays dispose de nouveau de produits sanguins sûrs. Le séisme avait entièrement anéanti cette prestation médicale de grande importance.