Pakistan

Cinq ans après les inondations

Il y a cinq ans, la mousson et ses pluies torrentielles provoquaient des inondations meurtrières au Pakistan. Après une phase d’aide d’urgence, la CRS a mené des opérations de reconstruction dans le sud du pays. Aujourd’hui, elle soutient un programme de reconstruction complémentaire dans le nord, une région négligée.

A l’été 2010, l’Indus et d’autres cours d’eau importants sont sortis de leur lit à la suite de violentes précipitations accompagnées d’une forte fonte des glaciers. Au Pakistan, des pans entiers de territoire ont été inondés, principalement les plaines recouvrant le sud du pays. Dans la province du Sindh, les crues ne se sont résorbées que fin 2010.

1,6 millions de maisons détruites

Submergeant de vastes portions de terres arables, les inondations ont détruit des récoltes entières et fait 2000 victimes ainsi que cinq millions de sans-abris. De nombreux sinistrés ont trouvé un refuge temporaire dans des camps de fortune éloignés de leur village, avant de pouvoir enfin rentrer chez eux.

La Croix-Rouge suisse (CRS) a apporté une aide d’urgence dans les provinces du Khyber Pakhtunkhwa et du Punjab (au nord) ainsi que du Sindh (au sud). En collaboration avec son partenaire local, le Croissant-Rouge pakistanais, elle a distribué des biens de première nécessité à quelque 35 000 familles démunies.

Reconstruction dans le sud…

Après la phase d’aide d’urgence, la CRS s’est engagée dans la province du Sindh, la plus fortement touchée par les inondations. Grâce à son soutien et à celui de la Chaîne du Bonheur, 700 familles ont pu bâtir de nouvelles maisons ainsi que des latrines dans trois villages en ruine du district de Dadu. Des collaborateurs de la CRS les ont aidées en mettant à leur disposition leur savoir-faire ainsi qu’un appui financier. Ils leur ont expliqué comment construire des bâtiments plus stables, capables de mieux résister à d’éventuels séismes ou inondations. Par ailleurs, la CRS a amélioré l’approvisionnement en eau potable en installant de nouvelles fontaines. Depuis 2011, elle soutient en outre le développement de l’accès aux soins et œuvre à une meilleure prise en charge des femmes enceintes, des mères et des nouveau-nés dans les dispensaires existants. Enfin, elle propose des perfectionnements au personnel soignant et assure la formation de bénévoles du Croissant-Rouge local.

… et dans le nord du pays

Dans le prolongement des programmes de reconstruction menés dans les provinces méridionales du Pakistan, la CRS se concentre depuis 2014 sur la vallée de Manoor, dans le nord du pays. Comptant 18 villages et quelque 24 000 habitants, cette région de la province du Khyber Pakhtunkhwa a également payé un lourd tribut à la catastrophe de 2010. Outre de nombreuses maisons emportées par les crues, les voies de communication ont été fortement endommagées. Chaque année, la vallée subit d’importantes précipitations qui endommagent encore plus les bâtiments et les infrastructures, déjà défaillantes. Aux côtés de la Croix-Rouge danoise et du Croissant-Rouge pakistanais, la CRS œuvre à la reconstruction des ouvrages publics (routes, ponts, barrages, etc.) ainsi qu’à l’approvisionnement en eau. Par ailleurs, elle contribue à l’amélioration de la desserte médicale dans les villages.