Afrique de l’Ouest

Mobilisation sans relâche contre Ebola

Ebola est encore loin d’être vaincu. En Sierra Leone, au Liberia et en Guinée, les pays les plus touchés, la Croix-Rouge lutte sans relâche contre la maladie. Godwin Muinde, un collaborateur de la CRS, vient de rentrer de mission.

Ce logisticien d’urgence avait été dépêché à Kailahun, petite ville située dans l’est de la Sierra Leone. Il y a prêté main-forte aux bénévoles de la Croix-Rouge, les équipant de matériel de protection et de désinfection, leur procurant des véhicules et améliorant les processus logistiques. Ces intervenants locaux informent les villageois des précautions à prendre pour se prémunir contre la fièvre hémorragique et de l’importance d’isoler les malades. «La plupart des chefs de villages sont solidaires du travail de la Croix-Rouge et appellent immédiatement la centrale quand un cas suspect ou un décès survient. A chaque alerte, une équipe de bénévoles est déployée pour prendre les mesures requises», explique Godwin Muinde.

La sensibilisation, premier rempart contre la maladie

Les malades sont immédiatement transportés dans un centre d’isolement. Leurs proches reçoivent pendant trois semaines la visite quotidienne de bénévoles: en cas d’apparition de premiers symptômes, ils seront à leur tour mis en quarantaine. «L’évacuation d’un parent malade dont on sait qu’il ne reviendra probablement pas est difficile à accepter. Mais c’est le seul moyen de soustraire le reste de la famille à la mort», constate Godwin Muinde. Une conviction se fait jour peu à peu: «Nous finirons par triompher de la maladie.»

Un travail très éprouvant

Godwin Muinde a été très impressionné par la trentaine de bénévoles de la Croix-Rouge qui, dans la région, veillent à l’inhumation sans risque des victimes. Une procédure qui consiste à déposer la dépouille dans une housse mortuaire et à désinfecter la maison du défunt ainsi que ses environs immédiats. «Il s’agit d’un travail très éprouvant. Les bénévoles sont souvent en déplacement de 6h du matin à minuit», rapporte le Kényan qui, domicilié à Berne, a déjà effectué plusieurs missions à l’étranger sur mandat de la CRS. En Sierra Leone, l’insuffisance du parc automobile de la Croix-Rouge locale constitue une véritable contrainte, d’autant plus qu’il y a pénurie de véhicules de location adaptés aux routes cahoteuses qui mènent aux villages reculés. Impossible, dans ces conditions, de déployer simultanément plus de trois ou quatre équipes, lesquelles sont débordées par les besoins.

Quelque 3000 collaborateurs de la Croix-Rouge

La quasi-totalité des plus de 1500 décès dus au virus Ebola depuis la flambée de mars 2014 sont survenus en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone. La CRS aide la Fédération internationale de la Croix-Rouge à lutter contre cette redoutable maladie. Elle a dépêché à ce jour six spécialistes dans la zone touchée: quatre logisticiens, un médecin et une infirmière. Tant pendant leur mission qu’à leur retour, ceux-ci doivent se soumettre à un suivi médical et respecter des mesures de précaution rigoureuses. A ce jour, aucun cas de maladie n’est déploré parmi les quelque 3000 collaborateurs et bénévoles locaux ni parmi les délégués de la Croix-Rouge à l’étranger.