Extrait de mon journal de bord

28 août 2014 Deux journées instructives à Bruxelles

Pour me préparer à ma mission, j’ai d’abord suivi une formation de deux jours organisée à Bruxelles par Médecins sans frontières (MSF). Celle-ci réunissait 36 participants de diverses organisations humanitaires.

Parmi les intervenants: des médecins, des infirmières, des spécialistes en eau, hygiène et assainissement, qui avaient déjà tous à leur actif plusieurs missions dans le cadre de flambées d’Ebola. Deux journées très instructives! MSF dispose d’une riche expérience de la fièvre hémorragique. Nous avons reçu des conseils pratiques et nous sommes entraînés à mettre et à enlever nos vêtements de protection. Dans une zone à haut risque, l’organisation de soins est extrêmement difficile et nécessite d’importants moyens. Elle est notamment beaucoup plus intensive en main-d’œuvre que dans un hôpital normal. Là aussi, on nous a prodigué de nombreux conseils. Les principaux messages étaient: Your safety first! Stay healthy! – Ta sécurité d’abord! Reste en bonne santé!

Plusieurs témoignages nous ont tous saisis aux tripes. En évoquant les nombreux décès auxquels ils avaient assisté, les intervenants avaient parfois les larmes aux yeux. Mais, étonnamment, la plupart de ceux qui ont travaillé au contact de malades d’Ebola sont candidats à de nouvelles missions.

Les soins de base sont au cœur de notre action sur place. Le recours aux perfusions et autres mesures est très parcimonieux. Il importe que les malades ne souffrent pas et, dans les cas désespérés, qu’ils soient bien accompagnés pendant leur fin de vie. Les collaborateurs de MSF sont très soucieux de transmettre leur savoir. Ils disent: «Ebola est une guerre. Nous devons faire front commun pour la remporter le plus vite possible.»

A l’issue de ces deux journées, j’ai l’impression d’être bien armée pour ma mission et j’ai hâte d’être sur le terrain.