Conflit syrien

Nouvel exode massif dans le nord syrien

La population civile dans le nord de la Syrie subit de plein fouet la recrudescence de la violence. Encore une fois, des centaines de milliers de personnes fuient les combats. La Croix-Rouge suisse aide ses partenaires à porter secours aux victimes.

Le nord de la Syrie est en proie à une recrudescence de la violence. Après l’offensive turque, qui a débuté le 9 octobre, ce sont en l’espace de quelques jours des centaines de milliers de personnes qui ont fui les régions frontalières où les combats font rage. La détresse est incommensurable. Um Ali, une mère de famille de 38 ans, fait partie de ceux qui ont quitté précipitamment leur maison et leur ville: «Nous venions de terminer le repas de midi quand une forte explosion a retenti près de chez nous.» A pied, elle a pris la fuite avec ses enfants. Au bout de deux jours, elle est arrivée à Hassaké, près de la frontière turque, où elle a pu mettre les siens à l’abri dans une école et raconter aux secouristes ce qu’elle avait vécu.

Les violences à la frontière turque constituent une nouvelle exacerbation du conflit syrien. Un conflit qui dure depuis plus de huit ans et qui a fait 6,2 millions de déplacés internes. Réfugiés dans leur propre pays, ils vivent dans des camps ou des maisons à l’abandon. Les conditions sont précaires et la situation humanitaire est catastrophique. L’infrastructure du pays, autrefois en bon état, est aujourd’hui en grande partie détruite. Plus de 15 millions de personnes sont privées d’un accès à l’eau potable et aux installations sanitaires, et 60% des hôpitaux et dispensaires ont été détruits. Plus de 6,5 millions de personnes n’ont pas assez à manger.

La Croix-Rouge suisse fournit une aide d’urgence et soutient la reconstruction

En collaboration avec le Croissant-Rouge arabe syrien, la Croix-Rouge suisse (CRS) apporte son soutien aux personnes en détresse dans différentes régions du pays. A Raqqa, ville du nord syrien ayant subi des destructions massives, elle distribue des citernes à 4000 familles de retour chez elles. Dans le gouvernorat de Deir ez-Zor, dans l’est du pays, elle contribue à l’assainissement des systèmes d’approvisionnement en eau endommagés et à la distribution d’articles d’hygiène – des actions qui bénéficient à 75 000 personnes. Enfin, dans la région d’Idlib, elle apporte son soutien à des familles déplacées en assurant leur accès à des dispensaires mobiles, des hébergements d’urgence et de l’eau potable.

Cette nouvelle crise dans le nord syrien est un coup dur pour tous ceux qui espèrent un retour à la paix. Avec ses partenaires locaux, la CRS se tient prête à intensifier son action en faveur des femmes, des hommes et des enfants cruellement éprouvés par la situation.