Pandémie de coronavirus au Salvador

Vaste campagne de sensibilisation et prise en charge des plus vulnérables

En mars déjà, alors que le Salvador ne faisait état d’aucun malade, le gouvernement décrétait le confinement et la fermeture des frontières, des écoles et de nombreux commerces. Au Salvador, la Croix-Rouge mise sur la prévention et la sensibilisation de la population. Des kits d’hygiène et de l’eau potable sont distribués aux groupes particulièrement à risque. Les personnes en quarantaine ne sont pas oubliées: un soutien matériel et psychosocial leur est fourni.

En mars déjà, alors que le pays ne faisait état d’aucun malade, le gouvernement décrétait le confinement et la fermeture des frontières, des écoles et de nombreux commerces. Les personnes qui avaient séjourné à l’étranger ont été placées en quarantaine dans des logements spécialement adaptés. 

Le dispositif d’aide de la Croix-Rouge

Afin d’endiguer la propagation du coronavirus et de protéger les groupes de population particulièrement à risque, la Croix-Rouge salvadorienne table sur la prévention et la sensibilisation et renforce les capacités du système de santé. Plus de 500 bénévoles sont formés dans le cadre de la mise en œuvre d’une campagne de grande envergure. Ils expliquent les gestes à adopter tels que le lavage régulier des mains et la procédure à suivre en cas de suspicion d’infection. La Croix-Rouge fournit des kits d’hygiène à 5000 familles et de l’eau potable à 1000 personnes pour les aider à respecter les mesures de précaution et à se protéger. Parallèlement, des matelas et des couvertures sont distribués à 1500 personnes placées en quarantaine dans des logements spéciaux. La Croix-Rouge a mis à leur disposition 1000 kits d’hygiène et propose un soutien psychosocial. Enfin, elle a aménagé ses ambulances pour le transport de patients infectés.

Dans la trentaine de pays où elle est engagée, la CRS appuie les efforts de ses Sociétés sœurs et entretient des contacts avec les autorités locales. L’objectif est de ralentir voire de prévenir la transmission du coronavirus, de venir en aide aux communautés touchées, de maintenir l’accès aux services sociaux et sanitaires essentiels et d’atténuer l’impact psychologique de la pandémie sur les populations.