Pandémie de coronavirus

Solidarité avec l’Italie: la CRS livre des masques de protection

Pour répondre à l’urgence, la Croix-Rouge suisse (CRS) acquiert du matériel de protection et des tests destinés tant à la population suisse qu’aux personnes vulnérables dans d’autres pays durement frappés par la pandémie de coronavirus. Début mai, une importante livraison de masques a été remise à la Croix-Rouge italienne.

 

Depuis plusieurs semaines, l’unité logistique de la CRS s’emploie activement à importer de grandes quantités de matériel de protection et de tests. Avec succès: à ce jour, la CRS a acheté près de 120 tonnes d’équipement indispensable à l’usage de la Confédération, fournissant ainsi une contribution majeure à l’approvisionnement du système de santé et à la protection de la population.

La CRS apporte aussi son soutien à d’autres pays dont la population est fortement touchée par la pandémie de Covid-19. «Nous aidons là où la détresse est la plus criante, aussi bien en Suisse que dans d’autres pays», souligne Markus Mader, son directeur. Dans le contexte actuel, la solidarité avec nos voisins italiens durement éprouvés revêt une importance particulière. C’est ainsi que début mai, la CRS a transmis un grand lot de masques de protection à la Croix-Rouge italienne – il s’agissait d’un don en provenance de Chine. 

«Nous sommes très reconnaissants à la Croix-Rouge suisse de sa générosité, dit Francesco Rocca, président de la Croix-Rouge italienne. Nous avons un urgent besoin de masques pour assurer la sécurité de nos collaboratrices et collaborateurs ainsi que de nos bénévoles, qui restent en première ligne pour apporter soins médicaux et soutien aux personnes affectées par la pandémie.»

Livraison via le réseau Croix-Rouge

La CRS met également du matériel de protection à la disposition d’autres pays fortement impactés par la pandémie de coronavirus. Les biens de secours sont livrés aux Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge concernées via la Fédération internationale, une voie d’acheminement qui permet de garantir qu’ils bénéficient réellement aux plus vulnérables.

Ces dernières semaines, la CRS a livré par ce biais des fournitures médicales à ses organisations partenaires au Bangladesh, en Afghanistan et en Iran. Au Bangladesh, elle s’engage depuis plusieurs années en faveur de l’accès aux soins, de la prévention des catastrophes et de l’assistance apportée à des centaines de milliers de réfugiés du Myanmar. Là comme dans l’ensemble de ses 25 pays d’intervention, elle a sensiblement adapté ses programmes à long terme aux défis posés par l’endiguement de la pandémie de coronavirus.

Gros volumes destinés à la Suisse

La majeure partie des achats effectués par la CRS est cependant destinée à la Suisse, tant au système de santé qu’à la protection de la population. Bon nombre de masques actuellement en vente à prix coûtant dans la grande distribution proviennent des importations de l’organisation. Par ailleurs, une partie du matériel permet de garantir le maintien des prestations à la population assurées par ses associations cantonales, l’Alliance suisse des samaritains, la Société Suisse des Troupes Sanitaires et les Services régionaux de transfusion sanguine. Outre les achats réalisés en Chine, la CRS a reçu des dons de matériel, dont 400 000 masques en provenance de Taiwan.

La CRS s’appuie pour ces acquisitions sur son expertise et son réseau dans le cadre de l’aide internationale en cas de catastrophe. Tout le matériel qu’elle importe est de première qualité: au moment de l’achat, il est vérifié par des experts en Chine, et après son arrivée en Suisse, testé par le Laboratoire ABC de Spiez.