«2 x Noël»

«Le cadeau le plus insolite? Une robe de mariée!»

Cet hiver, c’est déjà la 17e édition de l’action «2 x Noël». Josef Reinhardt, responsable Gestion de catastrophes Suisse de la CRS, parle du travail des bénévoles et de la distribution des marchandises collectées.

Josef Reinhardt, les bénévoles déballent les colis depuis janvier. Qu’y trouvent-ils?

Des aliments à longue durée de conservation, des souliers neufs pour enfants, des articles d’hygiène et de papeterie. Depuis de nombreuses années, nous indiquons ce dont nous avons le plus besoin, et les gens suivent généralement nos recommandations.

Le besoin est-il couvert?

Nous avons reçu cette année près de 73 000 colis et 200 000 CHF de dons, un super résultat! De grandes entreprises nous sont aussi venues en aide, comme Coop, qui nous a donné des denrées alimentaires et d’autres articles pour une valeur de 500 000 CHF. Malgré tout, nous pourrions faire plus encore. Par exemple, nous ne couvrons qu’à 20% la demande de chocolat. Seules les peluches sont excédentaires.

Quel est dans votre souvenir le cadeau le plus insolite donné à «2 x Noël»?

Nous avons déjà reçu une robe de mariée. Cette année, un donateur nous a envoyé toute une meule de fromage d’alpage. Sans oublier deux iPad! Si tous les articles sont les bienvenus, 5 à 8% d’entre eux ne peuvent être redistribués. Certaines personnes nous refourguent aussi toutes leurs babioles.

Le principe de «2 x Noël» à l’origine, c’était de récolter les cadeaux de Noël superflus. Est-ce toujours le cas?

Non, le projet a beaucoup évolué. Nous savons que 70% environ des donateurs achètent les cadeaux exprès pour «2 x Noël», ce qui nous réjouit grandement et témoigne que la solidarité n’est pas un vain mot.

Tous les paquets doivent être déballés et triés. Comment faites-vous?

Nos bénévoles fournissent un immense travail. Sans eux, «2 x Noël» n’existerait pas, et l’opération perdrait de sa saveur. Un millier de personnes retroussent leurs manches en janvier et en février, du lundi au vendredi. Elles sont nombreuses à venir depuis des années déjà. Nous commençons tôt le matin, à 7h, avec une pause à 9h, un repas de midi, une pause à 16h et un repas le soir. Des bénévoles d’entreprise viennent aussi nous aider. Ils se réjouissent toujours d’avoir l’occasion de sortir de leur quotidien professionnel.

Ce projet demande une organisation de grande ampleur et une logistique pointue.

Oui, c’est vrai. Nous savons exactement qui est là pour nous aider et à quel moment. C’est pareil pour les marchandises. Nous consignons le nombre de kilos livrés de chocolat, de vêtements d’hiver et de livres pour enfants. Chaque jour, ce sont trois camions de la Poste qui nous apportent des paquets, pour un total de près de 400 tonnes.


Comment sont distribuées les marchandises?

Chacune des 24 associations cantonales de la CRS organise la distribution de manière autonome: certaines louent un grand hall à cet effet, d’autres se rendent directement auprès des familles et des bénéficiaires. Pour ce qui est des dons à l’étranger, nous avons signé des contrats avec les Sociétés Croix-Rouge de Bulgarie, de Biélorussie, de Bosnie-Herzégovine et de Moldavie. Nous sommes justement en train d’organiser les transports vers ces pays d’Europe de l’Est. Et nous supervisons toujours la distribution des marchandises sur place.