Séisme au Népal

La CRS revoit son programme de reconstruction au Népal

La CRS revoit son programme de reconstruction au Népal. En raison de conditions cadres inacceptables, elle renonce provisoirement à la construction de maisons. En revanche, les activités de formation des artisans aux techniques de construction antisismique ainsi que de réparation des systèmes d’adduction d’eau se poursuivent.

La Croix-Rouge suisse (CRS) revoit son programme de reconstruction au Népal, lancé après le violent séisme survenu au printemps 2015. En effet, elle doit renoncer provisoirement à la construction de maisons, un élément central de ce projet. Les prescriptions émises par le gouvernement népalais à l’intention de la Croix-Rouge locale, qui valent également pour les autres Sociétés nationales de la Croix-Rouge actives sur place, sont à l’origine de cette décision. La CRS les juge inacceptables, dans la mesure où elles contreviennent aux normes qu’elle applique habituellement dans le cadre de la reconstruction. Ainsi, la CRS ne pourrait être impliquée dans le choix des bénéficiaires et ne serait pas en mesure de garantir que son soutien va aux plus vulnérables et aux plus démunis. Elle n’aurait en outre pas la possibilité de vérifier en détail l’utilisation des montants alloués ni la stabilité des maisons bâties.

Remise en état des systèmes d’adduction d’eau

Certains aspects importants du programme de reconstruction de la CRS sont en revanche mis en œuvre comme prévu, voire développés. Il s’agit tout particulièrement de la réparation des systèmes d’adduction d’eau et des améliorations liées à la santé et à l’hygiène dans les régions du district de Dolakha où des maisons devaient être bâties. Des projets pilotes visant la réfection des équipements sanitaires (latrines et installations pour le lavage des mains) sont en cours dans deux écoles. En parallèle, des campagnes de sensibilisation à la prévention des catastrophes et à l’hygiène sont menées dans les villages.

La formation des artisans se poursuit

La formation des artisans aux techniques de construction antisismique est également maintenue. De novembre 2015 à février 2016, la CRS a déjà formé 540 maçons et menuisiers, qui ont construit 22 maisons modèles et transmis leurs connaissances à quelque 6000 manœuvres locaux. Il est maintenant prévu de former encore 180 artisans. Cet investissement durable dans l’édification de bâtiments résistants aux séismes bénéficie à la population népalaise, quelle que soit l’organisation qui, finalement, finance et met en œuvre les projets.

Renforcement de l’engagement

La CRS regrette que, du fait de la suspension du programme, des familles doivent probablement vivre plus longtemps dans des logements provisoires. Avec la Croix-Rouge népalaise et les autorités, elle recherche cependant des solutions pour renforcer son action en faveur des victimes du séisme particulièrement défavorisées. A cet égard, elle met l’accent sur l’approvisionnement en eau et les installations sanitaires ainsi que sur la reconstruction des infrastructures médicales. La CRS entend également rester fidèle à son engagement et aider les plus démunis à retrouver un toit le plus vite possible. Si les conditions cadres dans le domaine de la construction de maisons devaient s’améliorer, la CRS reprendrait immédiatement les projets correspondants.

La CRS a déjà engagé 1,3 million de CHF au titre de l’aide d’urgence et du secours d’hiver. Le budget de l’ensemble du programme de reconstruction du Népal se monte à environ 5 millions de CHF.