Projet d’allocations au Liban

Une aide pour plus d’autonomie

Plus d’un million de personnes ont fui la guerre en Syrie pour se réfugier au Liban. Aisha Hassan, qui vit avec les membres de sa famille dans un camp de fortune de la plaine de la Bekaa, est l’une d’elles. Elle fait partie du groupe cible du projet d’allocations que la Croix-Rouge suisse (CRS) lancera l’année prochaine.

Aisha Hassan a 47 ans et est originaire d’Alep, en Syrie. Depuis plus de trois ans, elle et ses proches vivent dans un camp de fortune à proximité de Kab Elias, un petit village de la plaine de la Bekaa, au Liban. Ils y ont construit leur logement avec des moyens rudimentaires, tels que des bâches et des planches de bois. 

La famille compte dix personnes, mais une seule, un fils déjà adulte, peut gagner un peu d’argent. Le mari d’Aisha Hassan, gravement malade, n’est pas en mesure de travailler. Aisha Hassan est désespérée: «J’ai perdu espoir. Nous aurons bientôt épuisé nos économies, et je ne sais pas comment nous pourrons payer le propriétaire l’année prochaine.» En effet, elle doit verser chaque mois un loyer pour le terrain sur lequel se dresse sa modeste habitation.

De la gratitude pour le soutien de la Croix-Rouge

«Nous sommes heureux et infiniment reconnaissants de recevoir régulièrement des denrées alimentaires de la Croix-Rouge. Mais nous avons également urgemment besoin d’argent. Je ne sais pas ce que nous ferons si nous ne pouvons plus payer notre loyer. Si le propriétaire du terrain nous chasse, je ne sais pas où nous irons.» 

Pour pouvoir mieux soutenir les personnes comme Aisha, la CRS lance l’année prochaine un projet d’allocations au Liban. 500 familles recevront chaque mois 175 dollars pour les aider à répondre elles-mêmes à leurs besoins élémentaires. 

Dans le cadre de la campagne «Hilfe vor Ort» («aider sur place»), AZ Medien collecte pendant une semaine des dons pour soutenir ce projet.