Syrie

Des conditions d’intervention difficiles

Depuis cette année, la CRS se mobilise pour assurer la desserte médicale dans le sud-ouest de la Syrie. Dans la région de Soueïda, relativement épargnée par le conflit qui déchire le pays, elle contribue à améliorer l’état de santé physique et psychique de Syriens en fuite dans leur propre pays.

Dans le sud-ouest de la Syrie, la Croix-Rouge suisse (CRS) s’associe depuis le début de l’année au Croissant-Rouge arabe syrien dans le domaine de la santé. Dotée d’un gouvernement relativement stable, la province de Soueïda est située à la frontière avec la Jordanie et accueille de nombreux Syriens en fuite dans leur propre pays. Conséquence de cet afflux de déplacés internes, des milliers de personnes supplémentaires ont besoin de soins médicaux et d’un soutien psychosocial.

Soins médicaux et soutien psychosocial

En collaboration avec la Croix-Rouge danoise, déjà présente en Syrie avant le début du conflit, la CRS soutient l’activité d’une clinique du Croissant-Rouge arabe syrien dans la ville de Soueïda, chef-lieu de la province. Cette structure médicale offre à quelque 20 000 déplacés internes un accès gratuit à des soins médicaux de base ainsi qu’à une prise en charge gynécologique et pédiatrique. Elle assure également un soutien psychosocial indispensable et propose des thérapies axées sur les traumatismes.

Clinique ophtalmologique mobile

Il y a encore deux ans, une clinique ophtalmologique mobile du Croissant-Rouge desservait des régions du pays difficiles d’accès. Mais elle a été détruite en 2014, lors de violences à Homs. Le projet de santé de la CRS en Syrie prévoit donc la mise en place d’une nouvelle clinique ophtalmologique mobile pour assurer une offre de soins aux populations isolées.

Aide humanitaire en Syrie

Le conflit qui fait rage depuis cinq ans en Syrie a conduit un système de santé autrefois performant au bord de l’effondrement. Nombre de médecins, infirmiers et soignants ont péri, ont été déplacés ou ont fui à l’étranger. Environ 60% des hôpitaux et des dispensaires ont été détruits, et le matériel médical fait cruellement défaut. Malgré les conditions difficiles, le Croissant-Rouge arabe syrien soutient dans tout le pays la population vulnérable. Grâce à son vaste réseau de collaborateurs et de bénévoles, il peut aujourd’hui encore fournir aux habitants des régions reculées biens de secours et soins médicaux. A ce jour, plus de 40 collaborateurs et bénévoles du Croissant-Rouge arabe syrien ont malheureusement perdu la vie dans le cadre de leur engagement.

Depuis le début du conflit en mars 2011, la situation humanitaire en Syrie s’est dramatiquement détériorée. Les violences ont non seulement contraint près de 5 millions de personnes à fuir le pays, elles ont aussi fait plus de 270 000 victimes, dont une part importante de civils, ainsi que plus d’un million de blessés. L’économie s’est effondrée. Les sanctions, la récession et la hausse des prix des denrées alimentaires et de l’essence viennent encore compliquer la situation des habitants. Actuellement, trois Syriens sur quatre vivent dans la pauvreté. L’ONU estime qu’en Syrie, 13,5 millions de personnes sont tributaires de l’aide humanitaire.