Syrie

Aide aux victimes de la guerre civile

En Syrie, pays déchiré par la guerre, la CRS soutient des dispensaires et aide la population rurale à se doter de nouveaux moyens de subsistance. De concert avec le Croissant-Rouge arabe syrien, elle fournit également une aide d’urgence.

En Syrie, la guerre fait rage depuis déjà 2011. Selon les estimations de l’ONU, près de 13 millions d’hommes, de femmes et d’enfants sont tributaires de l’aide humanitaire et 7 millions de personnes sont en fuite dans leur propre pays. Grâce à son vaste réseau de collaborateurs et de bénévoles, le Croissant-Rouge arabe syrien (SARC) est la seule organisation humanitaire à pouvoir apporter biens de secours et assistance médicale aux populations de nombreuses régions.

Le système de santé du pays a beaucoup souffert pendant la guerre. Nombre de médecins et de soignants ont péri, ont été déplacés ou ont fui à l’étranger. Environ 60% des hôpitaux et des dispensaires ont été détruits; le matériel médical fait cruellement défaut. La Croix-Rouge suisse (CRS) soutient par conséquent le SARC notamment dans les domaines de la santé et de l’aide d’urgence. Depuis 2018, la CRS est représentée par une délégation à Damas, la capitale. En collaboration avec la Croix-Rouge danoise, elle soutient en outre six cliniques dans plusieurs villes syriennes.

Soutien psychosocial à la frontière jordanienne

La province de Soueïda, relativement stable, est située à la frontière avec la Jordanie et accueille de nombreux Syriens en fuite dans leur propre pays. Des milliers de personnes supplémentaires ont donc besoin de soins médicaux dans cette région du sud-ouest de la Syrie. La CRS y soutient une clinique du SARC qui offre à quelque 20 000 déplacés internes un accès gratuit à des soins médicaux de base ainsi qu’à une prise en charge gynécologique et pédiatrique. Elle assure également une aide psychosociale indispensable et propose des thérapies aux personnes traumatisées.

Brebis gestantes comme moyen de subsistance

Cette lutte sans merci n’a pas seulement poussé des millions de personnes à fuir, mais elle a aussi détruit une grande partie des infrastructures et paralysé l’économie. La ville de Raqqa, au nord de la Syrie, a par exemple subi des destructions de grande ampleur. De concert avec le Comité international de la Croix-Rouge, la CRS contribue au rétablissement de l’approvisionnement en eau.

Alep a également été le théâtre de combats acharnés jusqu’en 2017, mais la situation s’est calmée entre-temps et certaines personnes regagnent même leur maison en ruine et leur village abandonné. La CRS les aide à se doter de nouveaux moyens de subsistance. Dans les zones rurales au sud de la ville, elle s’associe au SARC et à la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge pour fournir une brebis gestante et du fourrage à 250 foyers. Les animaux et leurs progénitures contribuent ainsi non seulement à nourrir les personnes, mais aussi à redresser l’économie.