Plus de soins grâce à Josephine Niyikiza

«Je suis fan de la Croix-Rouge. Grâce à elle, je peux aider des personnes dépendantes.»

Enfant déjà, Josephine savait qu’elle voulait aider les autres. A son arrivée en Suisse cependant, c’est elle qui a besoin d’être soutenue. Depuis qu’elle a suivi la formation d’auxiliaire de santé de la Croix-Rouge suisse (CRS), elle s’occupe de personnes dépendantes.

A 35 ans*, Josephine a déjà été éprouvée par la vie. En 1994, elle doit fuir son pays natal, le Rwanda, alors en proie à la guerre et au génocide. En 2004, dans sa fuite précipitée, elle est séparée de son mari et de ses deux fils aînés. C’est en Suisse qu’elle finira par trouver refuge avec son plus jeune fils.

Ici, elle commence à apprendre l’allemand. Au Service ambulatoire pour victimes de la torture et de la guerre de la CRS, les thérapeutes sont à son écoute et l’aident à surmonter les traumatismes de la guerre.

D’ailleurs, c’est une thérapeute qui lui suggère de devenir auxiliaire de santé CRS, une formation reconnue en Suisse. Une fois son certificat en poche, elle peut enfin accéder à l’emploi. Entre-temps, le Service de recherches de la CRS parvient à retrouver son mari et ses fils: en 2013, la famille est de nouveau réunie.

Chaque année, la Croix-Rouge forme 4000 auxiliaires de santé CRS  – pour venir en aide aux personnes dépendantes et pour compenser la pénurie de personnel soignant.

Vous aussi, soutenez la formation des auxiliaires de santé CRS. Grâce à votre générosité, des personnes à l’image de Josephine apportent aux personnes dépendantes l’aide dont elles ont besoin. D’autre part, vous nous donnez les moyens de conjurer la menace d’une pénurie de personnel soignant. A votre tour, devenez fan de la Croix-Rouge. Pour pouvoir aider, nous avons besoin de votre soutien.

(*Etat 2015. Dans le cadre de sa campagne de communication, la CRS présente des personnes réelles et des histoires vraies. Depuis la date de la production, la situation des fans peut avoir évolué.)