Un monde plus humain pour Vatsana Vilaivone

«Je suis fan de la Croix-Rouge. Grâce à elle, je bois une eau potable et je reste en bonne santé.»

Chaque année, plus de 2 millions d’êtres humains meurent pour avoir consommé une eau souillée. Dans toutes les régions où les populations n’ont pas la possibilité de se laver régulièrement les mains et le visage, maladies de la peau, affections oculaires et autres pathologies gagnent du terrain. Voilà pourquoi la Croix-Rouge suisse s’engage dans des programmes de santé destinés à améliorer l’accès à l’eau potable et les conditions d’hygiène.

Dans les pays pauvres, les habitants des régions rurales n’ont souvent d’autre choix que de parcourir de longues distances pour trouver un puits. Les mares et les fleuves à proximité de chez eux sont la plupart du temps souillés, notamment en raison de la rareté des toilettes. Cette situation fait le lit de nombreuses maladies dangereuses. La consommation d’eau non potable est en particulier responsable d’une forte incidence des affections diarrhéiques, lesquelles comptent parmi les principales causes de mortalité infantile en Afrique et en Asie.

Dans le cadre de ses programmes de santé, la Croix-Rouge suisse (CRS) s’engage en faveur de l’accès à l’eau potable et de l’hygiène, deux conditions essentielles à la santé. Au Laos, Vatsana Vilaivone s’approvisionne près de chez elle à l’un des six points d’eau que la CRS a mis en place pour les 62 familles du village. Désormais, elle tombe bien moins souvent malade. La CRS aide également la population népalaise à bâtir des puits et poser des conduites, apprend à des bénéficiaires cambodgiens à filtrer l’eau, sensibilise les habitants du Mali et du Togo aux conséquences d’une hygiène insuffisante et supervise des villageois haïtiens dans la construction de latrines.

Vous aussi, devenez fan de la Croix-Rouge: ce n’est qu’avec votre soutien que nous pourrons continuer de venir en aide aux plus démunis.

Catégorie thématique