Un monde plus humain pour Rosius Fleuranvil

«Je suis fan de la Croix-Rouge. Grâce à elle, j’ai de nouveau un toit.»

Les catastrophes naturelles, comme celle survenue il y a quelques années en Haïti, plongent régulièrement des populations entières dans la détresse. S’il a heureusement survécu au séisme de janvier 2010, Rosius, de Palmiste-à-Vin, a tout perdu dans le cataclysme. Comme 1,3 million de ses concitoyens, il s'est retrouvé, du jour au lendemain, sans toit pour s’abriter.

12 janvier 2010: un terrible tremblement de terre secoue Haïti, faisant plus de 230 000 morts et 300 000 blessés dans un rayon de 50 kilomètres autour de Léogâne, ville située à l’épicentre. Ce jour-là, en 37 secondes à peine, deux millions d’Haïtiens perdent leur toit.
S’il a heureusement survécu, Rosius a tout perdu dans le cataclysme. Toutefois, il apprécie aujourd’hui sa nouvelle maison, sur les hauteurs de Léogâne. Assis sur les marches qui mènent à la véranda, il est en train de peler une carotte pour son repas de midi. «Voilà une maison bien solide», dit-il en tapotant le plancher de bois – d’un geste qui aurait tout aussi bien pu être celui d’un père félicitant affectueusement son enfant après une bonne note à l’école. 

«Je me sens bien ici, et grâce à la qualité des travaux, je n’ai plus à craindre les tremblements de terre ni les cyclones.»

Rosius Fleuranvil

La CRS a également veillé à ce qu’il dispose d’un réservoir et d’une latrine directement à côté de sa nouvelle maison. A l’aide d’un jerrycan, de quelques bouts de corde et d’un support en bois, des collaborateurs de la Croix-Rouge ont pu lui bricoler un système qui lui permet de se laver facilement les mains. «Je suis très satisfait de ces équipements. Avec l’âge, il devient de plus en plus difficile de porter de l’eau.» Or, grâce aux campagnes de sensibilisation régulièrement organisées et soutenues par la CRS, Rosius Fleuranvil sait toute l’importance de l’hygiène pour la santé. A Léogâne, la CRS a bâti des maisons et des latrines pour 3000 personnes. Mais au-delà de la reconstruction, il faut veiller à ce que la population soit mieux préparée aux futurs caprices de la nature. C’est la raison pour laquelle la CRS soutient des bénévoles locaux engagés dans la prévention des catastrophes.

Prévenir les catastrophes

Chaque année, les catastrophes naturelles font 200 millions de victimes. Leur survie dépend souvent des secours de la Croix-Rouge. En Haïti, la Croix-Rouge a apporté une aide d’urgence avant de s’engager dans la reconstruction et l’amélioration des conditions sanitaires. Rosius a aujourd’hui retrouvé un toit, au même titre que 3000 habitants de Palmiste-à-Vin. Ce village de montagne bénéficie en outre d’un soutien en matière de prévention des catastrophes. En collaboration avec la population locale, des mesures sont prises pour prévenir de futures catastrophes. Dans ce contexte, l’accent est mis sur l’encouragement de l’entraide et l’utilisation des structures locales.

Vous aussi, devenez fan de la Croix-Rouge. Ce n’est qu’avec votre soutien que nous pourrons continuer de venir en aide aux plus démunis.