International

Traité bannissant l’arme atomique

Un grand jour pour l’humanité! Le 7 juillet 2017, plus de 120 Etats réunis à New York ont adopté un traité visant à interdire la mise au point, la fabrication, l’acquisition et le stockage des armes nucléaires ainsi que la menace d’y recourir.

Cet accord historique se fonde sur la conviction que l’arme atomique n’est pas conciliable avec le droit international humanitaire. La reconnaissance des conséquences humanitaires dramatiques de son utilisation, élément essentiel aux yeux de la Croix-Rouge, a également été intégrée au texte. En outre, le traité oblige les Etats signataires à soutenir les victimes des armes nucléaires et à réparer les dommages environnementaux causés par celles-ci.

Les neuf puissances nucléaires et les membres de l’OTAN (hormis les Pays-Bas) n’ont certes pas participé à la conférence et la destruction des armes nucléaires n’est probablement pas pour demain. Néanmoins, le traité adopté représente une réelle avancée. Il jette en effet les bases d’une stigmatisation de l’arme atomique.

Cet accord historique est d’ailleurs aussi le fruit du travail du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge qui, depuis la première utilisation de cette arme de destruction massive il y a 72 ans, milite sans relâche en faveur de son abolition. La Croix-Rouge suisse se félicite que la Suisse ait elle aussi œuvré pour la conclusion de ce traité et voté pour son adoption. Elle attend à présent qu’elle le signe et le ratifie.

«Le monde a franchi une étape historique vers la délégitimation de ces armes inhumaines – un point de départ crucial en vue de leur élimination future», estimait Peter Maurer, président du CICR, à l’issue de la conférence.