Droit international humanitaire

Efforts en vue de l’interdiction de l’arme nucléaire

Par sa résolution de 2011 intitulée Vers l’élimination des armes nucléaires, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge insufflait des perspectives nouvelles au débat. Il s’agit concrètement de mettre l’accent sur les conséquences humanitaires inacceptables du recours à la bombe atomique, et non plus sur les mots clés dissuasion ou force de frappe. Ce changement de paradigme doit ouvrir la voie à un monde sans arme nucléaire.

Lors de son discours du 19 juin 2013 à Berlin, le président des Etats-Unis Barack Obama évoquait à nouveau la dénucléarisation de son pays et celle de la Russie. De quoi nourrir l’espoir! Malheureusement, l’actualité est encore et toujours dominée par la question lancinante de l’avènement des nouvelles puissances nucléaires potentielles que sont l’Iran et la Corée du Nord.

En mars 2013, la conférence intergouvernementale d’Oslo imprimait pourtant un changement de cap. Pour la première fois, la question des conséquences humanitaires de l’arme atomique était au cœur d’une réunion officielle de représentants d’Etats. Au menu des discussions figuraient les incidences immédiates d’une explosion, ses retombées

Pour la première fois, la question des conséquences humanitaires était au cœur du débat.

socioéconomiques à long terme ainsi que son impact durable sur le climat et la production alimentaire. Plusieurs experts ont confirmé qu’une attaque nucléaire paralyserait dans une large mesure l’acheminement d’aide humanitaire en suffisance.

En tant qu’organisation d’envergure mondiale, le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge était lui aussi représenté à la conférence, le CICR et diverses Sociétés nationales nourrissant le débat de leur expertise. Dans son discours d’ouverture, le président du CICR Peter Maurer n’a pas caché son inquiétude face à la situation des habitants touchés par une explosion atomique. Il a enjoint les Etats à s’interroger sur les modalités de prise en charge des victimes en pareille situation.

La position du Mouvement est sans équivoque: le recours à l’arme nucléaire enfreindrait le droit international humanitaire (DIH) en plusieurs points. C’est ainsi qu’une telle attaque – à plus forte raison dans des régions densément peuplées – en violerait l’une des règles les plus importantes, à savoir la distinction à opérer entre objectifs civils et militaires. Quant au principe de proportionnalité prescrit par le DIH, il serait lui aussi mis à mal.

Dans une étude de 2009, le CICR mettait en garde contre les conséquences humanitaires catastrophiques d’une éventuelle explosion nucléaire, tout en insistant sur l’insuffisance de l’aide internationale envisagée. Et c’est l’expérience qui parle. Quand Marcel Junod, délégué du CICR, se rend au Japon en

La Croix-Rouge suisse participe à l’effort du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en vue de l’élimination des armes atomiques.

1945 après le bombardement atomique d’Hiroshima, un spectacle de désolation l’attend: 80% des hôpitaux sont détruits ou fortement endommagés; la plupart des médecins et du personnel soignant y ont perdu la vie; quant aux infrastructures, elles sont anéanties, enLe bombardement atomique d’Hiroshima a fait 140 000 victimes en 1945: la plupart ont péri sur-le-champ, les autres au terme d’atroces souffrances. travant fortement l’acheminement de l’aide.

La Croix-Rouge suisse (CRS) participe à l’effort du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge en vue de l’élimination des armes atomiques. En novembre 2012, Annemarie Huber-Hotz, présidente de la CRS, et moi-même, directeur, avons écrit au Conseil fédéral afin de lui exposer les arguments justifiant l’interdiction de la possession et de l’utilisation de tels dispositifs. La réponse de la Confédération a été claire: la Suisse s’engage elle aussi activement en faveur de l’élimination de ce type d’armement. Au plan international, elle a voix au chapitre dans le cadre du processus de délégitimation de l’arme nucléaire.